Trio Khaldei

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
Z. Kodály Duo pour violon et violoncelle
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Le Duo op.7 de Zoltán Kodály, composé en 1914, représente une splendide fusion d’éléments du folklore hongrois avec les structures plus formelles de la musique savante. Zoltán Kodály passa une partie de sa vie à voyager en compagnie de Belá Bartok à travers la campagne hongroise afin de récolter, rassembler et analyser les mélodies du peuple.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

Chostakovitch & Prokofiev

Chostakovitch & Prokofiev

S. Prokofiev Ballade 
S. Prokofiev 5 Mélodies 
D. Chostakovitch Trio n°1 en do M
D. Chostakovitch Trio n°2 en mi m

Le programme du premier CD du trio Khaldei. Deux magnifiques duos trop peu joués de Prokofiev, le premier trio de jeunesse de Chostakovitch et son captivant deuxième trio, œuvre fétiche du Trio.

Le Trio n°1 de Dimitri Chostakovitch est une véritable œuvre de jeunesse, imprégnée du romantisme et de la passion de la première grande histoire d’amour du compositeur. Certes, cette courte pièce écrite en un  mouvement laisse apparaître des traits caractéristiques de la musique plus tardive de Chostakovitch (bribes de scherzo, frappé nerveux du piano, passages d’accords obstinés et dissonances parfois dures), mais chaque fois ceux-ci cèdent le pas à deux longues mélodies rivalisant de lyrisme et d’attente exaspérée.

On retrouve peu de cet élan romantique dans le Trio n°2, né de la guerre plutôt que de l’amour. Le son plein du violoncelle de la première fait place à une introduction extraordinairement frêle, à peine audible, émise par le violoncelle en harmoniques. L’œuvre laisse un vide obsédant et inquiétant, un arrière-goût amer que Chostakovitch lui-même a connu lorsque, au cours de la composition, un de ses amis les plus géniaux et les plus versatiles, Ivan Sollertinsky, quitta ce monde. Ami auquel il dédie le trio, donnant à cette œuvre maîtresse presque des allures de requiem.

Les deux pièces de Sergueï Prokofiev interprétées ici correspondent bien plus, par l’atmosphère qu’elles dégagent, au trio n°1 de Chostakovitch. C’est certainement vrai pour la Ballade pour violoncelle et piano : œuvre de jeunesse de 1912, Prokofiev était âgé de 21 ans. Elle portait de plus, elle aussi, un titre poétique français (à l’origine, le trio de Chostakovitch s’intitulait Poème). Comme c’est souvent le cas pour les ballades, la musique conduit l’auditeur d’une atmosphère à l’autre, balisant sa promenade de répétitions de motifs mélodiques.

Les Cinq mélodies pour violon et piano (1925), enfin, constituent une œuvre très à part. Cette pièce était composée à l’origine pour clavier et voix sans paroles, des « Lieder ohne Worte » à prendre au sens le plus strict du mot. Mais c’est précisément en raison de cette absence de texte que ces morceaux pouvaient facilement être joués par d’autres instruments. Prokofiev en a lui-même réalisé une version pour violon, à la demande de Pavel Kochansky auquel il a dédié trois des cinq mélodies. 
Texte Pieter Bergé

partager

family business #1 Robert & Clara Schumann

family business #1 Robert & Clara Schumann

C. Schumann Trio en sol m
R. Schumann Trio n°1 en ré m

Inaugurant sa série « Family Business », le Trio Khaldei se consacrera les saisons prochaines à quelques familles de musiciens. Il choisit en premier les époux Robert et Clara Schumann, qui partagèrent des années d’amour et de douleurs et furent l’un pour l’autre source d’inspiration.

En 1846, Clara composait son Trio pour piano, que l’on considère généralement comme une de ses plus belle œuvres. Durant ces années, Robert et Clara étudièrent intensivement la musique de Bach. Clara développa un sens particulier du contrepoint qu’elle révéla particulièrement dans ce Trio. 

Robert écrivit son premier Trio pour piano en 1847, s’inspirant de celui que Clara avait composé une année plus tôt. Ce trio marque un changement dans le style de composition de Robert, plus architectural. Sur ce point il déclara lui-même ceci : « Auparavant, j’écrivais presque toutes mes courtes œuvres dans une vague d’inspiration. 

À partir de l’année 1845, lorsque pour la première fois j’élaborai d’abord tout mentalement, j’ai développé un nouveau style de composition ». Un nouveau style qui restait très intuitivement expressif, se montrait certes quelque peu traditionnel dans la forme, mais faisait preuve en même temps d’une inventivité inépuisable dans les solutions par lesquelles il éludait les « problèmes » liés aux formes classiques.

partager

Versatile Beethoven

Versatile Beethoven

LUDWIG VAN BEETHOVEN

Duo en do M pour violon et violoncelle
Sonate n°3 pour violoncelle et piano
Frühlingssonate pour violon et piano
Geister Trio

Le trio Khaldei célèbre le 250e anniversaire de Beethoven, en lançant trois programmes qui illustrent les nombreux aspects du compositeur.

Le trio Khaldei, qui aime à briser les frontières de la formation de trio, mêle dans ce programme les différentes formations possibles a l’un des trios pour piano les plus plébiscités de Beethoven,  le Geister Trio (« trio des Esprits ») ; l’occasion de suivre le compositeur dans son évolution du classicisme au romantisme révolutionnaire.

Beethoven a composé son Duo en do majeur pour la clarinette et le hautbois ; nous interprétons l’arrangement réalisé pour violon et violoncelle par F. Hermann. On ignore quand Beethoven a rédigé cet opus précisément, mais il s’agit très clairement d’une œuvre de jeunesse dans laquelle on reconnaît encore l’influence de Haydn et de Mozart.

La Sonate pour violon et piano op. 24 a, après la mort du compositeur, été baptisée « Le Printemps » (Frühlingssonate) en raison de son élégance et de la joie de vivre qui s’en dégage. Mozart n’est toujours pas bien loin. Beethoven expérimente la forme : nous avons ici, pour la première fois, une sonate composée de quatre mouvements et non des trois que requérait l’usage. La troisième Sonate pour violoncelle et piano et le Geister Trio, composés tous deux en 1808, sont clairement le fruit d’un compositeur en pleine maturité, fort d’avoir trouvé sa voie. Le manuscrit de la sonate montre combien Beethoven a tâtonné pour répartir le matériel mélodique entre les deux instruments.

Le Geister Trio doit son surnom à l’élève de Beethoven, Carl Czenry, à qui le mouvement lent évoquait la scène du spectre du Hamlet de Shakespeare. E.T.A. Hoffman écrivait que « cette musique indique que Beethoven fait résonner dans sa musique une âme romantique d’une manière très personnelle, réfléchie et pleine de génie ».

partager

Symphonic Beethoven

Symphonic Beethoven

L.v. Beethoven Trio Archiduc 
F. Mendelssohn Symphonie italienne en la M
 II. Andante con moto ‐ III. Con moto moderato
L.v. Beethoven Symphonie n° 7 en la M

Le trio Khaldei célèbre le 250e anniversaire de Beethoven, en lançant trois programmes qui illustrent les nombreux aspects du compositeur.

partager

family business #1 Robert & Clara Schumann

family business #1 Robert & Clara Schumann

C. Schumann Trio en sol m
R. Schumann Trio n°1 en ré m

Inaugurant sa série « Family Business », le Trio Khaldei se consacrera les saisons prochaines à quelques familles de musiciens. Il choisit en premier les époux Robert et Clara Schumann, qui partagèrent des années d’amour et de douleurs et furent l’un pour l’autre source d’inspiration.

En 1846, Clara composait son Trio pour piano, que l’on considère généralement comme une de ses plus belle œuvres. Durant ces années, Robert et Clara étudièrent intensivement la musique de Bach. Clara développa un sens particulier du contrepoint qu’elle révéla particulièrement dans ce Trio. 

Robert écrivit son premier Trio pour piano en 1847, s’inspirant de celui que Clara avait composé une année plus tôt. Ce trio marque un changement dans le style de composition de Robert, plus architectural. Sur ce point il déclara lui-même ceci : « Auparavant, j’écrivais presque toutes mes courtes œuvres dans une vague d’inspiration. 

À partir de l’année 1845, lorsque pour la première fois j’élaborai d’abord tout mentalement, j’ai développé un nouveau style de composition ». Un nouveau style qui restait très intuitivement expressif, se montrait certes quelque peu traditionnel dans la forme, mais faisait preuve en même temps d’une inventivité inépuisable dans les solutions par lesquelles il éludait les « problèmes » liés aux formes classiques.

partager

Versatile Beethoven

Versatile Beethoven

LUDWIG VAN BEETHOVEN

Duo en do M pour violon et violoncelle
Sonate n°3 pour violoncelle et piano
Frühlingssonate pour violon et piano
Geister Trio

Le trio Khaldei célèbre le 250e anniversaire de Beethoven, en lançant trois programmes qui illustrent les nombreux aspects du compositeur.

Le trio Khaldei, qui aime à briser les frontières de la formation de trio, mêle dans ce programme les différentes formations possibles a l’un des trios pour piano les plus plébiscités de Beethoven,  le Geister Trio (« trio des Esprits ») ; l’occasion de suivre le compositeur dans son évolution du classicisme au romantisme révolutionnaire.

Beethoven a composé son Duo en do majeur pour la clarinette et le hautbois ; nous interprétons l’arrangement réalisé pour violon et violoncelle par F. Hermann. On ignore quand Beethoven a rédigé cet opus précisément, mais il s’agit très clairement d’une œuvre de jeunesse dans laquelle on reconnaît encore l’influence de Haydn et de Mozart.

La Sonate pour violon et piano op. 24 a, après la mort du compositeur, été baptisée « Le Printemps » (Frühlingssonate) en raison de son élégance et de la joie de vivre qui s’en dégage. Mozart n’est toujours pas bien loin. Beethoven expérimente la forme : nous avons ici, pour la première fois, une sonate composée de quatre mouvements et non des trois que requérait l’usage. La troisième Sonate pour violoncelle et piano et le Geister Trio, composés tous deux en 1808, sont clairement le fruit d’un compositeur en pleine maturité, fort d’avoir trouvé sa voie. Le manuscrit de la sonate montre combien Beethoven a tâtonné pour répartir le matériel mélodique entre les deux instruments.

Le Geister Trio doit son surnom à l’élève de Beethoven, Carl Czenry, à qui le mouvement lent évoquait la scène du spectre du Hamlet de Shakespeare. E.T.A. Hoffman écrivait que « cette musique indique que Beethoven fait résonner dans sa musique une âme romantique d’une manière très personnelle, réfléchie et pleine de génie ».

partager

Versatile Beethoven

Versatile Beethoven

LUDWIG VAN BEETHOVEN

Variations sur Bei Männer, welche Liebe fühlen pour violoncelle et piano
Frühlingssonate pour violon et piano
Geister Trio

Le trio Khaldei célèbre le 250e anniversaire de Beethoven, en lançant trois programmes qui illustrent les nombreux aspects du compositeur.

Le trio Khaldei, qui aime à briser les frontières de la formation de trio, mêle dans ce programme les différentes formations possibles a l’un des trios pour piano les plus plébiscités de Beethoven,  le Geister Trio (« trio des Esprits ») ; l’occasion de suivre le compositeur dans son évolution du classicisme au romantisme révolutionnaire.

La Sonate pour violon et piano op. 24 a, après la mort du compositeur, été baptisée « Le Printemps » (Frühlingssonate) en raison de son élégance et de la joie de vivre qui s’en dégage. Mozart n’est toujours pas bien loin. Beethoven expérimente la forme : nous avons ici, pour la première fois, une sonate composée de quatre mouvements et non des trois que requérait l’usage. La troisième Sonate pour violoncelle et piano et le Geister Trio, composés tous deux en 1808, sont clairement le fruit d’un compositeur en pleine maturité, fort d’avoir trouvé sa voie. Le manuscrit de la sonate montre combien Beethoven a tâtonné pour répartir le matériel mélodique entre les deux instruments.

Le Geister Trio doit son surnom à l’élève de Beethoven, Carl Czenry, à qui le mouvement lent évoquait la scène du spectre du Hamlet de Shakespeare. E.T.A. Hoffman écrivait que « cette musique indique que Beethoven fait résonner dans sa musique une âme romantique d’une manière très personnelle, réfléchie et pleine de génie ».

partager