Trio Khaldei

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
Z. Kodály Duo pour violon et violoncelle
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Le Duo op.7 de Zoltán Kodály, composé en 1914, représente une splendide fusion d’éléments du folklore hongrois avec les structures plus formelles de la musique savante. Zoltán Kodály passa une partie de sa vie à voyager en compagnie de Belá Bartok à travers la campagne hongroise afin de récolter, rassembler et analyser les mélodies du peuple.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

Chostakovitch & Prokofiev

Chostakovitch & Prokofiev

S. Prokofiev Ballade 
S. Prokofiev 5 Mélodies 
D. Chostakovitch Trio n°1 en do M
D. Chostakovitch Trio n°2 en mi m

Le programme du premier CD du trio Khaldei. Deux magnifiques duos trop peu joués de Prokofiev, le premier trio de jeunesse de Chostakovitch et son captivant deuxième trio, œuvre fétiche du Trio.

Le Trio n°1 de Dimitri Chostakovitch est une véritable œuvre de jeunesse, imprégnée du romantisme et de la passion de la première grande histoire d’amour du compositeur. Certes, cette courte pièce écrite en un  mouvement laisse apparaître des traits caractéristiques de la musique plus tardive de Chostakovitch (bribes de scherzo, frappé nerveux du piano, passages d’accords obstinés et dissonances parfois dures), mais chaque fois ceux-ci cèdent le pas à deux longues mélodies rivalisant de lyrisme et d’attente exaspérée.

On retrouve peu de cet élan romantique dans le Trio n°2, né de la guerre plutôt que de l’amour. Le son plein du violoncelle de la première fait place à une introduction extraordinairement frêle, à peine audible, émise par le violoncelle en harmoniques. L’œuvre laisse un vide obsédant et inquiétant, un arrière-goût amer que Chostakovitch lui-même a connu lorsque, au cours de la composition, un de ses amis les plus géniaux et les plus versatiles, Ivan Sollertinsky, quitta ce monde. Ami auquel il dédie le trio, donnant à cette œuvre maîtresse presque des allures de requiem.

Les deux pièces de Sergueï Prokofiev interprétées ici correspondent bien plus, par l’atmosphère qu’elles dégagent, au trio n°1 de Chostakovitch. C’est certainement vrai pour la Ballade pour violoncelle et piano : œuvre de jeunesse de 1912, Prokofiev était âgé de 21 ans. Elle portait de plus, elle aussi, un titre poétique français (à l’origine, le trio de Chostakovitch s’intitulait Poème). Comme c’est souvent le cas pour les ballades, la musique conduit l’auditeur d’une atmosphère à l’autre, balisant sa promenade de répétitions de motifs mélodiques.

Les Cinq mélodies pour violon et piano (1925), enfin, constituent une œuvre très à part. Cette pièce était composée à l’origine pour clavier et voix sans paroles, des « Lieder ohne Worte » à prendre au sens le plus strict du mot. Mais c’est précisément en raison de cette absence de texte que ces morceaux pouvaient facilement être joués par d’autres instruments. Prokofiev en a lui-même réalisé une version pour violon, à la demande de Pavel Kochansky auquel il a dédié trois des cinq mélodies. 
Texte Pieter Bergé

partager

Chostakovitch & Prokofiev

Chostakovitch & Prokofiev

S. Prokofiev 5 Mélodies op.35b
D. Chostakovitch Trio n°1 op.8
D. Chostakovitch Trio n°2 op.67

Le programme du premier CD du trio Khaldei. Deux magnifiques duos trop peu joués de Prokofiev, le premier trio de jeunesse de Chostakovitch et son captivant deuxième trio, œuvre fétiche du Trio.

Le Trio n°1 de Dimitri Chostakovitch est une véritable œuvre de jeunesse, imprégnée du romantisme et de la passion de la première grande histoire d’amour du compositeur. Certes, cette courte pièce écrite en un  mouvement laisse apparaître des traits caractéristiques de la musique plus tardive de Chostakovitch (bribes de scherzo, frappé nerveux du piano, passages d’accords obstinés et dissonances parfois dures), mais chaque fois ceux-ci cèdent le pas à deux longues mélodies rivalisant de lyrisme et d’attente exaspérée.

On retrouve peu de cet élan romantique dans le Trio n°2, né de la guerre plutôt que de l’amour. Le son plein du violoncelle de la première fait place à une introduction extraordinairement frêle, à peine audible, émise par le violoncelle en harmoniques. L’œuvre laisse un vide obsédant et inquiétant, un arrière-goût amer que Chostakovitch lui-même a connu lorsque, au cours de la composition, un de ses amis les plus géniaux et les plus versatiles, Ivan Sollertinsky, quitta ce monde. Ami auquel il dédie le trio, donnant à cette œuvre maîtresse presque des allures de requiem.

Les deux pièces de Sergueï Prokofiev interprétées ici correspondent bien plus, par l’atmosphère qu’elles dégagent, au trio n°1 de Chostakovitch. C’est certainement vrai pour la Ballade pour violoncelle et piano : œuvre de jeunesse de 1912, Prokofiev était âgé de 21 ans. Elle portait de plus, elle aussi, un titre poétique français (à l’origine, le trio de Chostakovitch s’intitulait Poème). Comme c’est souvent le cas pour les ballades, la musique conduit l’auditeur d’une atmosphère à l’autre, balisant sa promenade de répétitions de motifs mélodiques.

Les Cinq mélodies pour violon et piano (1925), enfin, constituent une œuvre très à part. Cette pièce était composée à l’origine pour clavier et voix sans paroles, des « Lieder ohne Worte » à prendre au sens le plus strict du mot. Mais c’est précisément en raison de cette absence de texte que ces morceaux pouvaient facilement être joués par d’autres instruments. Prokofiev en a lui-même réalisé une version pour violon, à la demande de Pavel Kochansky auquel il a dédié trois des cinq mélodies. 
Texte Pieter Bergé

partager

Chostakovitch & Prokofiev

Chostakovitch & Prokofiev

S. Prokofiev 5 Mélodies op.35b
D. Chostakovitch Trio n°1 op.8
D. Chostakovitch Trio n°2 op.67

Le programme du premier CD du trio Khaldei. Deux magnifiques duos trop peu joués de Prokofiev, le premier trio de jeunesse de Chostakovitch et son captivant deuxième trio, œuvre fétiche du Trio.

Le Trio n°1 de Dimitri Chostakovitch est une véritable œuvre de jeunesse, imprégnée du romantisme et de la passion de la première grande histoire d’amour du compositeur. Certes, cette courte pièce écrite en un  mouvement laisse apparaître des traits caractéristiques de la musique plus tardive de Chostakovitch (bribes de scherzo, frappé nerveux du piano, passages d’accords obstinés et dissonances parfois dures), mais chaque fois ceux-ci cèdent le pas à deux longues mélodies rivalisant de lyrisme et d’attente exaspérée.

On retrouve peu de cet élan romantique dans le Trio n°2, né de la guerre plutôt que de l’amour. Le son plein du violoncelle de la première fait place à une introduction extraordinairement frêle, à peine audible, émise par le violoncelle en harmoniques. L’œuvre laisse un vide obsédant et inquiétant, un arrière-goût amer que Chostakovitch lui-même a connu lorsque, au cours de la composition, un de ses amis les plus géniaux et les plus versatiles, Ivan Sollertinsky, quitta ce monde. Ami auquel il dédie le trio, donnant à cette œuvre maîtresse presque des allures de requiem.

Les deux pièces de Sergueï Prokofiev interprétées ici correspondent bien plus, par l’atmosphère qu’elles dégagent, au trio n°1 de Chostakovitch. C’est certainement vrai pour la Ballade pour violoncelle et piano : œuvre de jeunesse de 1912, Prokofiev était âgé de 21 ans. Elle portait de plus, elle aussi, un titre poétique français (à l’origine, le trio de Chostakovitch s’intitulait Poème). Comme c’est souvent le cas pour les ballades, la musique conduit l’auditeur d’une atmosphère à l’autre, balisant sa promenade de répétitions de motifs mélodiques.

Les Cinq mélodies pour violon et piano (1925), enfin, constituent une œuvre très à part. Cette pièce était composée à l’origine pour clavier et voix sans paroles, des « Lieder ohne Worte » à prendre au sens le plus strict du mot. Mais c’est précisément en raison de cette absence de texte que ces morceaux pouvaient facilement être joués par d’autres instruments. Prokofiev en a lui-même réalisé une version pour violon, à la demande de Pavel Kochansky auquel il a dédié trois des cinq mélodies. 
Texte Pieter Bergé

partager

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
Z. Kodály Duo pour violon et violoncelle
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Le Duo op.7 de Zoltán Kodály, composé en 1914, représente une splendide fusion d’éléments du folklore hongrois avec les structures plus formelles de la musique savante. Zoltán Kodály passa une partie de sa vie à voyager en compagnie de Belá Bartok à travers la campagne hongroise afin de récolter, rassembler et analyser les mélodies du peuple.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

Roots

Roots

J.N. Hummel Trio en fa M
F. Martin Trio sur des mélodies populaires irlandaises
A. Dvorak Trio Dumky

A travers les siècles, les compositeurs ont été inspirés par la musique populaire de toute origine. Ils en utilisèrent des éléments, motifs et thèmes dans leur propre ‘musique savante’.

Joseph Haydn, le “père du quatuor à cordes”, a écrit 45 trios avec piano ! Nous vous proposons le plus populaire portant le surnom de alla zingarese. Dans la dernière partie, intitulée par Haydn lui-même Rondo alla zingarese, le compositeur utilise bon nombre d’éléments provenant des musiciens tziganes qu’il rencontre à la cour des Esterhazy.

Né en 1925 de la commande d'un riche Américain, musicien amateur d'origine irlandaise, le Trio sur des mélodies populaires irlandaises de Frank Martin est construit à partir de thèmes populaires irlandais. Il s'agit de mélodies inédites, souvent anciennes, provenant aussi bien de danses que de chants.

Antonin Dvořak se laisse volontiers influencer dans son œuvre par la musique populaire slave. C’est le cas d'une des pièces favorites du répertoire pour trio à clavier : le Trio Dumky. Dumky, pluriel de dumka, est une forme diminutive du terme douma, faisant référence à la ballade épique, et plus précisément aux complaintes des personnages captifs. Au XIXe siècle, les compositeurs slaves utilisent le terme douma pour qualifier des pièces musicales sombres et introspectives parsemées de mouvements légers et heureux.

partager

WWI

WWI

C. Debussy Sonate pour violon et piano
G. Enesco Trio en la m
M. Ravel Trio en la m

2018 marque le centenaire de la fin de la Grande Guerre. Nous vous proposons quelques-unes des plus belles œuvres de musique de chambre du 20e siècle écrites dans cette période agitée de l’histoire.

Claude Debussy compose sa Sonate pour violoncelle et piano en quelques jours durant l'été 1915. Le titre pressenti était "Pierrot fâché avec la lune". Bien qu'il s'agisse d'une œuvre de musique pure, traditionnelle au niveau de sa forme, il émane de cette sonate une indéniable dimension théâtrale évoquant un monde empreint d'humour, de sarcasme et de fantaisie. Le compositeur achève sa Sonate pour violon et piano deux ans plus tard , toute aussi concise que celle pour violoncelle, et dernière œuvre Me du compositeur (il meurt en 1918). Debussy écrit : "Cette sonate sera intéressante d'un point de vue documentaire, et comme un exemple de ce qu'un homme malade peut écrire pendant une guerre. Je la dédie pour ceux qui savent lire entre les portées !"

Georges Enesco, violoniste et compositeur roumain qui vécut une soixantaine d’années à Paris, fut un des meilleurs violonistes de son temps. Sa musique est un merveilleux mélange d’impressionnisme français avec des éléments qui proviennent de la musique populaire de sa patrie. C’est le cas de son Trio en la m, composé en 1916.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit son trio avec piano dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’amène à terminer en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre. L’inspiration du contenu musical de ce trio provient de différents horizons, depuis la danse baltique du premier mouvement jusqu’à la poésie malaisienne du second. Le génie de Ravel s’exprime notamment dans la façon dont il introduit ces éléments à l’intérieur d’une structure classique en quatre mouvements.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

W.A. Mozart Trio en sib M
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei retourne aux sources du trio avec piano. C’est en effet à l’époque de Mozart et Haydn qu’apparaît la forme du trio avec piano que l’on connaît actuellement. Le Trio de Wolfgang Amadeus Mozart KV502 marque un tournant dans l’évolution de cette forme : d’un piano plutôt soliste avec violon et violoncelle dans un rôle d’accompagnement, on arrive peu à peu à trois instruments dialoguant sur un pied d’égalité.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Le trio interprétera le deuxième mouvement entre les trios de Celis et Ravel. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10
M. Ravel Trio en la m

 

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Le trio interprétera le deuxième mouvement entre les trios de Celis et Ravel. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Symphonic

Symphonic

D. Chostakovitch Trio n°2
D. Chostakovitch Symphonie n°15 (arr. V. Derevianko)

avec Trio Triatu

Le Trio Khaldei offre un nouvel éclairage de deux œuvres magistrales du répertoire symphonique, et remet au goût du jour la pratique de l’arrangement. Une manière vivante pour le public de découvrir ou redécouvrir ces chefs-d'œuvre.

Dans ce programme unique, le Trio Khaldei veut redonner vie à une ancienne tradition. Avant l’invention du grammophone, on ne disposait que de deux solutions pour écouter et découvrir la musique : aller au concert ou jouer soi-même d’un instrument.

Jusque dans le courant du XXe siècle, les grandes œuvres symphoniques étaient transcrites ou réorchestrées pour diverses formations chambristes. Elles pouvaient ainsi trouver leur place dans les salons des particuliers, dans des salles de petites dimensions ou sur des scènes dédiées à la musique de chambre. Pour les compositeurs, il s’agissait là d’un formidable moyen de diffusion de leur musique.

partager

Symphonic

Symphonic

D. Chostakovitch Trio n°2
D. Chostakovitch Symphonie n°15 (arr. V. Derevianko)

avec Trio Triatu

Le Trio Khaldei offre un nouvel éclairage de deux œuvres magistrales du répertoire symphonique, et remet au goût du jour la pratique de l’arrangement. Une manière vivante pour le public de découvrir ou redécouvrir ces chefs-d'œuvre.

Dans ce programme unique, le Trio Khaldei veut redonner vie à une ancienne tradition. Avant l’invention du grammophone, on ne disposait que de deux solutions pour écouter et découvrir la musique : aller au concert ou jouer soi-même d’un instrument.

Jusque dans le courant du XXe siècle, les grandes œuvres symphoniques étaient transcrites ou réorchestrées pour diverses formations chambristes. Elles pouvaient ainsi trouver leur place dans les salons des particuliers, dans des salles de petites dimensions ou sur des scènes dédiées à la musique de chambre. Pour les compositeurs, il s’agissait là d’un formidable moyen de diffusion de leur musique.

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10
M. Ravel Trio en la m

 

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Chostakovitch & Prokofiev

Chostakovitch & Prokofiev

S. Prokofiev Ballade 
S. Prokofiev 5 Mélodies 
D. Chostakovitch Trio n°1 en do M
D. Chostakovitch Trio n°2 en mi m

Le programme du premier CD du trio Khaldei. Deux magnifiques duos trop peu joués de Prokofiev, le premier trio de jeunesse de Chostakovitch et son captivant deuxième trio, œuvre fétiche du Trio.

Le Trio n°1 de Dimitri Chostakovitch est une véritable œuvre de jeunesse, imprégnée du romantisme et de la passion de la première grande histoire d’amour du compositeur. Certes, cette courte pièce écrite en un  mouvement laisse apparaître des traits caractéristiques de la musique plus tardive de Chostakovitch (bribes de scherzo, frappé nerveux du piano, passages d’accords obstinés et dissonances parfois dures), mais chaque fois ceux-ci cèdent le pas à deux longues mélodies rivalisant de lyrisme et d’attente exaspérée.

On retrouve peu de cet élan romantique dans le Trio n°2, né de la guerre plutôt que de l’amour. Le son plein du violoncelle de la première fait place à une introduction extraordinairement frêle, à peine audible, émise par le violoncelle en harmoniques. L’œuvre laisse un vide obsédant et inquiétant, un arrière-goût amer que Chostakovitch lui-même a connu lorsque, au cours de la composition, un de ses amis les plus géniaux et les plus versatiles, Ivan Sollertinsky, quitta ce monde. Ami auquel il dédie le trio, donnant à cette œuvre maîtresse presque des allures de requiem.

Les deux pièces de Sergueï Prokofiev interprétées ici correspondent bien plus, par l’atmosphère qu’elles dégagent, au trio n°1 de Chostakovitch. C’est certainement vrai pour la Ballade pour violoncelle et piano : œuvre de jeunesse de 1912, Prokofiev était âgé de 21 ans. Elle portait de plus, elle aussi, un titre poétique français (à l’origine, le trio de Chostakovitch s’intitulait Poème). Comme c’est souvent le cas pour les ballades, la musique conduit l’auditeur d’une atmosphère à l’autre, balisant sa promenade de répétitions de motifs mélodiques.

Les Cinq mélodies pour violon et piano (1925), enfin, constituent une œuvre très à part. Cette pièce était composée à l’origine pour clavier et voix sans paroles, des « Lieder ohne Worte » à prendre au sens le plus strict du mot. Mais c’est précisément en raison de cette absence de texte que ces morceaux pouvaient facilement être joués par d’autres instruments. Prokofiev en a lui-même réalisé une version pour violon, à la demande de Pavel Kochansky auquel il a dédié trois des cinq mélodies. 
Texte Pieter Bergé

partager

In Memoriam

In Memoriam

D. Chostakovitch Trio n°1 op.8
D. Chostakovitch Trio n°2 op.67
D. Chostakovitch Sept romances sur des poèmes d'Alexandre Blok

avec Liesbeth Devos

Le nom du Trio reflète son attrait particulier pour la culture russe, un concert entièrement russe s’imposait donc dans sa programmation. Tout comme Evgueni Khaldei, Dimitri Schostakovitch s’est souvent retrouvé dans une position délicate face au régime soviétique. Voici un programme virtuose et très chargé en émotion.

Le premier trio de Dimitri Schostakovitch est une œuvre de jeunesse injustement peu connue, mais où se révèlent déjà en essence les pièces de maturité du compositeur. Bien qu'en un seul mouvement, il n'en est pas moins varié en tempi et caractères. À l’origine intitulé Poème, il est composé en 1923 à l'occasion d'un séjour en Crimée.

Vingt ans après, Dimitri Schostakovitch écrit son deuxième trio, dédié à la mémoire de son ami Ivan Sollertinski décédé en février 1944. Cette période coїncide avec la découverte du camp d’extermination de Majdanek en Pologne — un choc terrible pour Schostakovitch. Cela explique la présence obsédante d'un thème traditionnel juif dans le dernier mouvement du trio, thème que l'on retrouve dans son 8e Quatuor dédié aux victimes du fascisme et de la guerre.

Après la pause, la soprano Liesbeth Devos rejoint le Trio Khaldei pour les Sept Romances sur des poèmes d'Alexandre Blok, composées pour ses amitiés musicales les plus précieuses. Le résultat est une séquence extrêmement intense : méditations douces et très personnelles sur l'amour, l'intimité, l'amitié et le pouvoir de l'art.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

F. Schubert Sonatensatz D.28
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei commence par Sonatensatz de Franz Schubert, une œuvre de jeunesse rafraîchissante.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Chostakovitch & Prokofiev

Chostakovitch & Prokofiev

S. Prokofiev Ballade 
S. Prokofiev 5 Mélodies 
D. Chostakovitch Trio n°1 en do M
D. Chostakovitch Trio n°2 en mi m

Le programme du premier CD du trio Khaldei. Deux magnifiques duos trop peu joués de Prokofiev, le premier trio de jeunesse de Chostakovitch et son captivant deuxième trio, œuvre fétiche du Trio.

Le Trio n°1 de Dimitri Chostakovitch est une véritable œuvre de jeunesse, imprégnée du romantisme et de la passion de la première grande histoire d’amour du compositeur. Certes, cette courte pièce écrite en un  mouvement laisse apparaître des traits caractéristiques de la musique plus tardive de Chostakovitch (bribes de scherzo, frappé nerveux du piano, passages d’accords obstinés et dissonances parfois dures), mais chaque fois ceux-ci cèdent le pas à deux longues mélodies rivalisant de lyrisme et d’attente exaspérée.

On retrouve peu de cet élan romantique dans le Trio n°2, né de la guerre plutôt que de l’amour. Le son plein du violoncelle de la première fait place à une introduction extraordinairement frêle, à peine audible, émise par le violoncelle en harmoniques. L’œuvre laisse un vide obsédant et inquiétant, un arrière-goût amer que Chostakovitch lui-même a connu lorsque, au cours de la composition, un de ses amis les plus géniaux et les plus versatiles, Ivan Sollertinsky, quitta ce monde. Ami auquel il dédie le trio, donnant à cette œuvre maîtresse presque des allures de requiem.

Les deux pièces de Sergueï Prokofiev interprétées ici correspondent bien plus, par l’atmosphère qu’elles dégagent, au trio n°1 de Chostakovitch. C’est certainement vrai pour la Ballade pour violoncelle et piano : œuvre de jeunesse de 1912, Prokofiev était âgé de 21 ans. Elle portait de plus, elle aussi, un titre poétique français (à l’origine, le trio de Chostakovitch s’intitulait Poème). Comme c’est souvent le cas pour les ballades, la musique conduit l’auditeur d’une atmosphère à l’autre, balisant sa promenade de répétitions de motifs mélodiques.

Les Cinq mélodies pour violon et piano (1925), enfin, constituent une œuvre très à part. Cette pièce était composée à l’origine pour clavier et voix sans paroles, des « Lieder ohne Worte » à prendre au sens le plus strict du mot. Mais c’est précisément en raison de cette absence de texte que ces morceaux pouvaient facilement être joués par d’autres instruments. Prokofiev en a lui-même réalisé une version pour violon, à la demande de Pavel Kochansky auquel il a dédié trois des cinq mélodies. 
Texte Pieter Bergé

partager

Apocalypse

Apocalypse

M. Ravel Trio
O. Messiaen Quatuor pour la fin du temps

avec Geert Baeckelandt

Dans le programme « Apocalypse » le Trio Khaldei interprète deux chefs-d’œuvre absolus du XXe siècle dans une ambiance prenante qui, si elle évoque la fin du monde, parle aussi et surtout d’espoir et du désir d’un monde nouveau et meilleur.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Le clarinettiste Geert Baeckelandt rejoint ensuite le Trio Khaldei pour l’éxecution du Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen. Cette œuvre fut composée et créée également en temps de guerre (1941), plus précisément dans le camp de prisonniers de guerre de Görlitz où Messiaen était détenu. Comme pour le trio de Ravel, mysticisme et spiritualité caractérisent cette œuvre inspirée d’une citation de l’Apocalypse de St-Jean. *La création du quatuor eut lieu au sein même du camp dans des conditions très éprouvantes. *Cette œuvre comporte huit mouvements, certains ne sollicitant qu’une partie des musiciens. Le mouvement pour clarinette solo, Abîme des oiseaux, est peut-être le plus connu du quatuor.

Aujourd’hui encore l’interprétation du Quatuor pour la fin du temps laisse une empreinte toujours profonde chez son auditeur.

Dans ce programme saisissant, le Trio Khaldei traduit en musique à la fois l’espoir et le désespoir, le début et la fin, la mort et l’éternité.

partager

Chostakovitch & Prokofiev

Chostakovitch & Prokofiev

S. Prokofiev Ballade 
S. Prokofiev 5 Mélodies 
D. Chostakovitch Trio n°1 en do M
D. Chostakovitch Trio n°2 en mi m

Le programme du premier CD du trio Khaldei. Deux magnifiques duos trop peu joués de Prokofiev, le premier trio de jeunesse de Chostakovitch et son captivant deuxième trio, œuvre fétiche du Trio.

Le Trio n°1 de Dimitri Chostakovitch est une véritable œuvre de jeunesse, imprégnée du romantisme et de la passion de la première grande histoire d’amour du compositeur. Certes, cette courte pièce écrite en un  mouvement laisse apparaître des traits caractéristiques de la musique plus tardive de Chostakovitch (bribes de scherzo, frappé nerveux du piano, passages d’accords obstinés et dissonances parfois dures), mais chaque fois ceux-ci cèdent le pas à deux longues mélodies rivalisant de lyrisme et d’attente exaspérée.

On retrouve peu de cet élan romantique dans le Trio n°2, né de la guerre plutôt que de l’amour. Le son plein du violoncelle de la première fait place à une introduction extraordinairement frêle, à peine audible, émise par le violoncelle en harmoniques. L’œuvre laisse un vide obsédant et inquiétant, un arrière-goût amer que Chostakovitch lui-même a connu lorsque, au cours de la composition, un de ses amis les plus géniaux et les plus versatiles, Ivan Sollertinsky, quitta ce monde. Ami auquel il dédie le trio, donnant à cette œuvre maîtresse presque des allures de requiem.

Les deux pièces de Sergueï Prokofiev interprétées ici correspondent bien plus, par l’atmosphère qu’elles dégagent, au trio n°1 de Chostakovitch. C’est certainement vrai pour la Ballade pour violoncelle et piano : œuvre de jeunesse de 1912, Prokofiev était âgé de 21 ans. Elle portait de plus, elle aussi, un titre poétique français (à l’origine, le trio de Chostakovitch s’intitulait Poème). Comme c’est souvent le cas pour les ballades, la musique conduit l’auditeur d’une atmosphère à l’autre, balisant sa promenade de répétitions de motifs mélodiques.

Les Cinq mélodies pour violon et piano (1925), enfin, constituent une œuvre très à part. Cette pièce était composée à l’origine pour clavier et voix sans paroles, des « Lieder ohne Worte » à prendre au sens le plus strict du mot. Mais c’est précisément en raison de cette absence de texte que ces morceaux pouvaient facilement être joués par d’autres instruments. Prokofiev en a lui-même réalisé une version pour violon, à la demande de Pavel Kochansky auquel il a dédié trois des cinq mélodies. 
Texte Pieter Bergé

partager

Chostakovitch & Prokofiev

Chostakovitch & Prokofiev

S. Prokofiev Ballade 
S. Prokofiev 5 Mélodies 
D. Chostakovitch Trio n°1 en do M
D. Chostakovitch Trio n°2 en mi m

Le programme du premier CD du trio Khaldei. Deux magnifiques duos trop peu joués de Prokofiev, le premier trio de jeunesse de Chostakovitch et son captivant deuxième trio, œuvre fétiche du Trio.

Le Trio n°1 de Dimitri Chostakovitch est une véritable œuvre de jeunesse, imprégnée du romantisme et de la passion de la première grande histoire d’amour du compositeur. Certes, cette courte pièce écrite en un  mouvement laisse apparaître des traits caractéristiques de la musique plus tardive de Chostakovitch (bribes de scherzo, frappé nerveux du piano, passages d’accords obstinés et dissonances parfois dures), mais chaque fois ceux-ci cèdent le pas à deux longues mélodies rivalisant de lyrisme et d’attente exaspérée.

On retrouve peu de cet élan romantique dans le Trio n°2, né de la guerre plutôt que de l’amour. Le son plein du violoncelle de la première fait place à une introduction extraordinairement frêle, à peine audible, émise par le violoncelle en harmoniques. L’œuvre laisse un vide obsédant et inquiétant, un arrière-goût amer que Chostakovitch lui-même a connu lorsque, au cours de la composition, un de ses amis les plus géniaux et les plus versatiles, Ivan Sollertinsky, quitta ce monde. Ami auquel il dédie le trio, donnant à cette œuvre maîtresse presque des allures de requiem.

Les deux pièces de Sergueï Prokofiev interprétées ici correspondent bien plus, par l’atmosphère qu’elles dégagent, au trio n°1 de Chostakovitch. C’est certainement vrai pour la Ballade pour violoncelle et piano : œuvre de jeunesse de 1912, Prokofiev était âgé de 21 ans. Elle portait de plus, elle aussi, un titre poétique français (à l’origine, le trio de Chostakovitch s’intitulait Poème). Comme c’est souvent le cas pour les ballades, la musique conduit l’auditeur d’une atmosphère à l’autre, balisant sa promenade de répétitions de motifs mélodiques.

Les Cinq mélodies pour violon et piano (1925), enfin, constituent une œuvre très à part. Cette pièce était composée à l’origine pour clavier et voix sans paroles, des « Lieder ohne Worte » à prendre au sens le plus strict du mot. Mais c’est précisément en raison de cette absence de texte que ces morceaux pouvaient facilement être joués par d’autres instruments. Prokofiev en a lui-même réalisé une version pour violon, à la demande de Pavel Kochansky auquel il a dédié trois des cinq mélodies. 
Texte Pieter Bergé

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Le trio interprétera le deuxième mouvement entre les trios de Celis et Ravel. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Le trio interprétera le deuxième mouvement entre les trios de Celis et Ravel. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Le trio interprétera le deuxième mouvement entre les trios de Celis et Ravel. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Apocalypse

vendredi 25 avril 201420:00

Sint-Niklaas -  CC

Richard Van Britsomstraat 21 - 9100 Sint-Niklaas
google map website

Apocalypse

M. Ravel Trio
O. Messiaen Quatuor pour la fin du temps

avec G. Baeckelandt

Dans le programme « Apocalypse » le Trio Khaldei interprète deux chefs-d’œuvre absolus du XXe siècle dans une ambiance prenante qui, si elle évoque la fin du monde, parle aussi et surtout d’espoir et du désir d’un monde nouveau et meilleur.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Le clarinettiste Geert Baeckelandt rejoint ensuite le Trio Khaldei pour l’éxecution du Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen. Cette œuvre fut composée et créée également en temps de guerre (1941), plus précisément dans le camp de prisonniers de guerre de Görlitz où Messiaen était détenu. Comme pour le trio de Ravel, mysticisme et spiritualité caractérisent cette œuvre inspirée d’une citation de l’Apocalypse de St-Jean. *La création du quatuor eut lieu au sein même du camp dans des conditions très éprouvantes. *Cette œuvre comporte huit mouvements, certains ne sollicitant qu’une partie des musiciens. Le mouvement pour clarinette solo, Abîme des oiseaux, est peut-être le plus connu du quatuor.

Aujourd’hui encore l’interprétation du Quatuor pour la fin du temps laisse une empreinte toujours profonde chez son auditeur.

Dans ce programme saisissant, le Trio Khaldei traduit en musique à la fois l’espoir et le désespoir, le début et la fin, la mort et l’éternité.

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Le trio interprétera le deuxième mouvement entre les trios de Celis et Ravel. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10
M. Ravel Trio en la m

 

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Colours

Colours

F. Celis Trio op.5
J. Jongen Trio en si m op.10
M. Ravel Trio en la m

 

Ce programme original est construit autour d’un des chefs-d’œuvre de la musique de chambre : le trio de Maurice Ravel. Le Trio Khaldei, toujours à la recherche de programmes inventifs dans lesquels se côtoient des œuvres connues ou à découvrir, propose en plus de ce trio la magnifique musique des compositeurs belges Frits Celis et Joseph Jongen.

Appelé au front en 1914, Maurice Ravel écrit cette œuvre magistrale dans l’urgence. Il confie dans une lettre à Stravinsky que ce départ forcé l’a amené à finir en cinq semaines un travail qui aurait dû lui prendre cinq mois. Le zèle et l’urgence de l’écriture ont engendré une des pièces les plus innovantes et colorées de l’histoire de la musique de chambre.

Deux œuvres de jeunesse de compositeurs belges complètent le programme. Joseph Jongen écrit son premier trio avec piano en si m op.10 en 1897 et le dédie à son père. Réminiscences de romantisme allemand et d’impressionnisme français parsèment cette grande œuvre en trois mouvements.

La musique de Frits Celis est malheureusement souvent sous-estimée et trop peu jouée. Le Trio Khaldei souhaite accorder à ce compositeur belge la place qui lui revient. Frits Celis écrit son trio en 1958. Ce cinquième opus – une de ses premières compositions – contient déjà toutes les qualités des opus suivants : une tension rythmique très forte, une structure claire mais surtout une admirable et large palette de timbres.

partager

Apocalypse

Apocalypse

O. Messiaen Quatuor pour la fin du temps

avec G. Baeckelandt

Dans le programme « Apocalypse » le Trio Khaldei interprète deux chefs-d’œuvre absolus du XXe siècle dans une ambiance prenante qui, si elle évoque la fin du monde, parle aussi et surtout d’espoir et du désir d’un monde nouveau et meilleur.

Le clarinettiste Geert Baeckelandt rejoint le Trio Khaldei pour l’éxecution du Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen. Cette œuvre fut composée et créée également en temps de guerre (1941), plus précisément dans le camp de prisonniers de guerre de Görlitz où Messiaen était détenu. Comme pour le trio de Ravel, mysticisme et spiritualité caractérisent cette œuvre inspirée d’une citation de l’Apocalypse de St-Jean. *La création du quatuor eut lieu au sein même du camp dans des conditions très éprouvantes. *Cette œuvre comporte huit mouvements, certains ne sollicitant qu’une partie des musiciens. Le mouvement pour clarinette solo, Abîme des oiseaux, est peut-être le plus connu du quatuor.

Aujourd’hui encore l’interprétation du Quatuor pour la fin du temps laisse une empreinte toujours profonde chez son auditeur.

Dans ce programme saisissant, le Trio Khaldei traduit en musique à la fois l’espoir et le désespoir, le début et la fin, la mort et l’éternité.

partager

Vienna

Vienna

W.A. Mozart Trio en sib M
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei retourne aux sources du trio avec piano. C’est en effet à l’époque de Mozart et Haydn qu’apparaît la forme du trio avec piano que l’on connaît actuellement. Le Trio de Wolfgang Amadeus Mozart KV502 marque un tournant dans l’évolution de cette forme : d’un piano plutôt soliste avec violon et violoncelle dans un rôle d’accompagnement, on arrive peu à peu à trois instruments dialoguant sur un pied d’égalité.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

Vienna

Vienna

W.A. Mozart Trio en sib M
J. Brahms Trio n°2 en do M
A. Schönberg Verklärte Nacht

Vienne, épicentre de trois siècles d’histoire de la musique européenne. Ce programme propose trois œuvres illustrant l'âme de cette ville à travers le temps, par trois grands compositeurs nés ou ayant vécu à Vienne : Mozart, Brahms et Schönberg.

Au début de ce concert, le Trio Khaldei retourne aux sources du trio avec piano. C’est en effet à l’époque de Mozart et Haydn qu’apparaît la forme du trio avec piano que l’on connaît actuellement. Le Trio de Wolfgang Amadeus Mozart KV502 marque un tournant dans l’évolution de cette forme : d’un piano plutôt soliste avec violon et violoncelle dans un rôle d’accompagnement, on arrive peu à peu à trois instruments dialoguant sur un pied d’égalité.

Le programme se poursuit avec un des plus grands compositeurs de l’époque romantique, Johannes Brahms. Son deuxième trio, composé à Vienne entre 1880 et 1882, recèle d’inépuisables richesses et fait entendre le talent incomparable de chambriste de Brahms.

Après la pause, le Trio Khaldei interprète Verklärte Nacht, pièce célèbre d’Arnold Schönberg d’après le poème du même nom de Richard Dehmel, dans un arrangement pour trio d’Eduard Steuermann. Le compositeur suit la structure et le contenu du poème dans la musique. La nature, le sentiment de culpabilité, le pardon et la rédemption sont sublimés dans la composition de Schönberg.

partager

In Memoriam

In Memoriam

D. Chostakovitch Trio n°1 op.8
D. Chostakovitch Trio n°2 op.67
P.I. Tchaïkovsky Trio en la m 

Le nom du Trio reflète son attrait particulier pour la culture russe, un concert entièrement russe s’imposait donc dans sa programmation. Tout comme Evgueni Khaldei, Dimitri Schostakovitch s’est souvent retrouvé dans une position délicate face au régime soviétique. Voici un programme virtuose et très chargé en émotion.

Le premier trio de Dimitri Schostakovitch est une œuvre de jeunesse injustement peu connue, mais où se révèlent déjà en essence les pièces de maturité du compositeur. Bien qu'en un seul mouvement, il n'en est pas moins varié en tempi et caractères. À l’origine intitulé Poème, il est composé en 1923 à l'occasion d'un séjour en Crimée.

Vingt ans après, Dimitri Schostakovitch écrit son deuxième trio, dédié à la mémoire de son ami Ivan Sollertinski décédé en février 1944. Cette période coїncide avec la découverte du camp d’extermination de Majdanek en Pologne — un choc terrible pour Schostakovitch. Cela explique la présence obsédante d'un thème traditionnel juif dans le dernier mouvement du trio, thème que l'on retrouve dans son 8e Quatuor dédié aux victimes du fascisme et de la guerre.

Après la pause, nous revenons au XIXe siècle avec le magnifique trio de Piotr Illitch Tchaïkovsky. Ce chef-d’œuvre a lui aussi été écrit sous le poids de la perte d’un être cher, celle de son mentor N. Rubinstein à qui Tchaïkovsky dédie son trio par les mots « in memory of a great artist ».

partager