en nl

1882 East meets West

Ce programme met en dialogue et confrontation deux trios emblématiques de l’histoire de la musique, composés l’un et l’autre en 1882.


Le Trio en do majeur de Johannes Brahms recèle une richesse phénoménale et nous révèle un compositeur au sommet de ses capacités. Habituellement très critique à l’égard de son propre travail, Brahms semblait cette fois tout à fait convaincu de son œuvre, écrivant à son éditeur : « Vous n’avez encore jamais reçu de moi un aussi beau trio, et selon toute vraisemblance aucune œuvre de cette qualité n’a été publiée au cours de ces dix dernières années ».

Piotr Illitch Tchaïkovski a quant à lui dédié son Trio avec piano à son professeur et ami Nikolaï Rubinstein, décédé en mars 1881. L’œuvre, qui porte le sous-titre « En mémoire d’un grand artiste », est un requiem, intime, bouleversant. C’est la seule œuvre que Tchaïkovski ait jamais écrite pour cette formation. En 1880, Nadezhda von Meck, son mécène, lui commanda un trio. Le musicien refusa tout d’abord, comme on peut le lire dans sa lettre à Nadezhda, « simplement, je ne puis supporter la combinaison du piano et du violon ou du violoncelle. Selon moi, les timbres de ces instruments ne peuvent se mélanger, et le piano n’est efficace que dans trois cas : en solo, avec orchestre ou comme accompagnement ». Moins d’un an plus tard, il composait son trio pour piano. Après l’achèvement de son œuvre, il sembla rester dubitatif quant à sa composition, et il écrivit : « … après avoir composé toute ma vie des œuvres pour orchestre, je crains d’avoir écrit une musique à fort caractère symphonique, non adapté aux trois instruments ».
Tchaïkovski, à notre sentiment, réunit ici le meilleur de deux univers : le caractère symphonique est bien présent, mais il exploite de façon magistrale toutes les combinaisons de couleurs du trio avec piano.

Nous ouvrons le concert avec la Suite italienne d’Igor Stravinsky. Né en 1882 dans la Russie de Tchaïkovski où il grandit tout comme lui, il migra cependant plus tard vers l’ouest. Compositeur peut-être le plus influent du XXe siècle, il personnifie mieux que quiconque la rencontre de l’Orient et de l’Occident.