en nl

family business #1 Robert & Clara Schumann

Inaugurant sa série « Family Business », le Trio Khaldei se consacrera les saisons prochaines à quelques familles de musiciens. Il choisit en premier les époux Robert et Clara Schumann, qui partagèrent des années d’amour et de douleurs et furent l’un pour l’autre source d’inspiration.

Robert Schumann écrivit ses Drei Fantasiestücke pour violoncelle et piano en deux jours, en février 1849. Les destinant à l’origine à la clarinette et au piano, le compositeur indiqua qu’elles pouvaient également être exécutées à l’alto ou au violoncelle.

Trois années plus tôt, en 1846, Clara composait son Trio pour piano, que l’on considère généralement comme une de ses plus belle œuvres. Durant ces années, Robert et Clara étudièrent intensivement la musique de Bach. Clara développa un sens particulier du contrepoint qu’elle révéla particulièrement dans ce Trio.

Clara Schumann composa ses Trois Romances en 1853, et les dédia au violoniste légendaire Joseph Joachim. Elle effectua également avec lui une vaste tournée au cours de laquelle elle interpréta régulièrement ses propres compositions. À propos de ses Trois romances, un critique écrivit dans le Times : « Luxuriants et poignants, à les entendre on regrette que la carrière de compositeur de Clara se subordonne à celle de son mari ».

Robert écrivit son premier Trio pour piano en 1847, s’inspirant de celui que Clara avait composé une année plus tôt. Ce trio marque un changement dans le style de composition de Robert, plus architectural. Sur ce point il déclara lui-même ceci : « Auparavant, j’écrivais presque toutes mes courtes œuvres dans une vague d’inspiration.

À partir de l’année 1845, lorsque pour la première fois j’élaborai d’abord tout mentalement, j’ai développé un nouveau style de composition ». Un nouveau style qui restait très intuitivement expressif, se montrait certes quelque peu traditionnel dans la forme, mais faisait preuve en même temps d’une inventivité inépuisable dans les solutions par lesquelles il éludait les « problèmes » liés aux formes classiques.