en nl

In Memoriam

Le nom du Trio reflète son attrait particulier pour la culture russe, un concert entièrement russe s’imposait donc dans sa programmation. Tout comme Evgueni Khaldei, Dimitri Schostakovitch s’est souvent retrouvé dans une position délicate face au régime soviétique. Voici un programme virtuose et très chargé en émotion.

Le premier trio de Dimitri Schostakovitch est une œuvre de jeunesse injustement peu connue, mais où se révèlent déjà en essence les pièces de maturité du compositeur. Bien qu'en un seul mouvement, il n'en est pas moins varié en tempi et caractères. À l’origine intitulé Poème, il est composé en 1923 à l'occasion d'un séjour en Crimée.

Vingt ans après, Dimitri Schostakovitch écrit son deuxième trio, dédié à la mémoire de son ami Ivan Sollertinski décédé en février 1944. Cette période coїncide avec la découverte du camp d’extermination de Majdanek en Pologne — un choc terrible pour Schostakovitch. Cela explique la présence obsédante d'un thème traditionnel juif dans le dernier mouvement du trio, thème que l'on retrouve dans son 8e Quatuor dédié aux victimes du fascisme et de la guerre.

Après la pause, nous revenons au XIXe siècle avec le magnifique trio de Piotr Illitch Tchaïkovsky. Ce chef-d’œuvre a lui aussi été écrit sous le poids de la perte d’un être cher, celle de son mentor N. Rubinstein à qui Tchaïkovsky dédie son trio par les mots « in memory of a great artist ».

Nous proposons une variante de ce programme, dans laquelle la soprano Liesbeth Devos rejoint le Trio Khaldei pour un concert entièrement consacré à Schostakovitch. Après les deux Trios, sont interprétées les Sept Romances sur des poèmes d'Alexandre Blok, composées pour ses amitiés musicales les plus précieuses. Le résultat est une séquence extrêmement intense : méditations douces et très personnelles sur l'amour, l'intimité, l'amitié et le pouvoir de l'art.